Fauna, Flora

Hemen, Kultura eta natura ondarea ez ohizkoa da.
Ingurune, abere eta landare moten mosaikoa ezagut ezazue.
Ingurune horiek, espezie horiek, aztarna horiek andeakorrak dira. Errespeta itzazue, ondoko belaunaldiak horiek ezagutzeaz poztu daitezen.

Larrungo pottoka emblematikoa

Euskal Herrian, Pottoka hitzak « zaldi ttiki »erran nahi du.
  Pottoka arraza azkarra da nagusiki Iparraldeko Euskal Herri mendebaldean bizi dena.

Libroki bizi dira taldeka 20 bat eme beren garañoarekin Larrun, Artzamendi, Baigura eta Ursuya… mendietan hauen mantenduz. Beste batzu sorroetan haziak dira kirol eta aisialdi aktibitateentzat.

Gaur egun bi pottok mota ezberdintzen ahal dira :

  • Mendiko Pottoka bederen 9 hilabetez mendian bizi dena bere sorlekuan. Gehienetan biziki rustikoa da eta artatze gutti galdetzen du. Negurri ttikikoa da, ez du 1m32 baino gehiago negurtzen.
  • Sorroko edo kiroleko pottoka gizonaren kontaktuan bizi da.

 

Historique

Euskaldunak pottoka taldeak ez hiltzeko zentzutasuna izan zuten, horren ordez erreski baliatzen zituzten ez baitzuten arta ainitz galdetzen : haien bila mendira etortzea aski zen.
19.mendean eskualdeko meategietan erabilia zen baina baita ere Frantziako Iparradeko eta Ekialdekoetan altura ttikikoa eta azkarra baitzen.
Euskal kulturan barne da eta ainitz erabilia izan daFrantzia eta España arteko kontrabandan. Gaur egun Pottoka bakoitzak bere jabea badu eta hazleek ohituran dute beren haur ttikieri eme ume bat ematea.

 

 

>> Plus d’informations (Association Nationale du Pottok)

La brebis manech à tête rousse

Cette race locale de mouton fait partie du patrimoine basque. Ce sont des bêtes élégantes, de format moyen (45-50kg), à la toison tombante longue et blanche mais non bouclée (contrairement aux mérinos). La tête des femelles est dépourvue de cornes. Elles sont d’excellentes débroussailleuses et sont très agiles dans les sous-bois. Les agnelages ont lieu de décembre à mars. Le lait est collecté de décembre à juillet par les industries laitières ou transformé directement par les éleveurs. Il sert de base à la fabrication de fromages mixtes ou purs brebis. Cette race est autorisée à produire le fromage AOP Ossau-Iraty.

> Fromage AOP OSSAU-IRATY

> IDOKI :  ASSOCIATION DES PRODUCTEURS FERMIERS DU PAYS BASQUE

Les éleveurs pratiquent une transhumance estivale courte (3-4 mois) ou ne transhument pas du tout. L’image traditionnelle du berger a disparu de ce côté-ci des montagnes. Le nombre trop important d’animaux concentrés sur une petite zone diminue la quantité de nourriture disponible et ne permet plus de rendements corrects. De plus les éleveurs ne veulent plus connaître l’isolement et le confort rudimentaire de la vie en montagne.

Le cayolar : bergerie traditionnelle

On en trouve des ruines au détour des sentiers, d’autres ont été restaurées. Elles nous rappellent l’activité florissante des bergers d’autrefois qui y vivaient avec leur troupeau.

Le vautour fauve

Véritable éboueur des pâturages d’altitude, le vautour fauve (saia en basque) joue un rôle capital dans l’équilibre écologique de la montagne (c’est un charognard). Son envergure atteint 2m70 ! Sa vue perçante lui permet de repérer les cadavres à longue distance. Chaque vautour peut ingurgiter près de 2 kg de viande en quelques instants. Une trentaine de vautours réduisent à l’état d’os et de laine une brebis en un quart d’heure; c’est ce que l’on appelle la curée. Après avoir été en voie de disparition à cause notamment de nombreux massacres, le vautour fauve est maintenant une espèce protégée et son effectif s’est accru ces dernières années. C’est un rapace que l’on aperçoit souvent en groupe, et qui apprécie fortement les rayons du soleil.

> En savoir plus sur les vautours fauves ou sur les autres espèces présentent sur le massif

Le train de la Rhune travaille en étroite collaboration avec l’association de sauvegarde de la faune sauvage HEGALALDIA et propose régulièrement des remises en liberté d’oiseaux soignés.

> Télécharger la brochure Rapaces de la Rhune

 

Le plateau des trois-fontaines

Le plateau des trois fontaines est un milieu humide aux eaux particulièrement acides. C’est le biotope idéal des sphaignes, mousses archaïques au pouvoir absorbant exceptionnel et dont les parties basses, mortes, ne se décomposent pas, constituant ainsi une épaisse couche spongieuse.

Dans cette communauté végétale que constitue la tourbière des trois fontaines, vit une merveilleuse petite plante carnivore : Le Rossolis (Drosera Rotondifiola), signifiant « Rosée du soleil ». Celle-ci compense l’extrême pauvreté en éléments nutritifs de la tourbière en étant carnivore.

Sur le tapis spongieux des sphaignes, le Drosera pousse en touffes rougeâtres d’à peine quelques centimètres, souvent réunies en colonies par des fines tiges souterraines.

Les feuilles de formes rondes, sont hérissées de longs cils curieusement terminés par de minuscules boutons visceux qui scintillent sous la caresse du soleil. Ces cils rougeâtres évoquent des tentacules. Ils sont recouverts d’une glu sucrée qui paralyse et retient les insectes imprudents venus se poser sur ses feuilles.

Prenez soin de ne pas dégrader la tourbière, car il s’agit d’un milieu relique. Lorsqu’une tourbière est détruite, c’est irrémédiable.

La cueillette du drosera est bien sûr strictement interdite.